METTEZ VOUS EN CONGÉ DU LIBÉRALISME !

  Deux journées d’Université populaire, culturelle et politique

« Effacer l’homme » : jusqu’où laisserons-nous faire le libéralisme ?

Tandis que la bataille sociale et économique bat son plein, chacun constate autour de lui les dégâts inouïs engendrés par le capitalisme. Ainsi ce n’est pas seulement la planète qui est mise en danger, mais l’espèce humaine tout entière. Si les luttes sociales courageuses en cours sont nécessaires, si parallèlement le monde des idées et de la création n’a jamais été si fécond, qui a vraiment pris la mesure de l’urgence qu’il y a dès aujourd’hui de mêler ensemble bataille politique et bataille des idées ?

 Avec l’éducation populaire renouvelée, « agis en ton lieu, pense avec le monde [1]»

 Nous considérons que nous ne pourrons mener la révolution contre-libérale qu’en remportant la bataille des consciences et des idées. Le renouvellement des pratiques d’éducation populaire vise à nous libérer des prêt-à-penser réactionnaires. Dès lors, de futures conquêtes sont envisageables à partir des idéaux toujours actuels de la Révolution française : Liberté, Egalité, Fraternité !

 Toutes et tous capables !

Salarié-e-s du privé et du public, Syndicalistes, Artistes, Jeunes, Etudiant-e-s, Privé-e-s d’emploi, Retraité-e-s, nous vous convions à un grand week-end politique et culturel, riche de deux jours de Rencontres pas comme les autres, pour travailler à bâtir durablement des luttes à la fois politiques et culturelles. Parce que nous sommes toutes et tous capables de comprendre, de sentir et de nous émouvoir, nous sommes toutes et tous capables de mener la bataille culturelle et politique !

 Pourquoi cette bataille culturelle et politique ?

Mener la bataille culturelle et politique, c’est mener la bataille des idées en luttant contre cette société conservatrice et libérale qui n’en finit pas de jouer le jeu de l’extrême droite et de réveiller les relents du fascisme particulièrement dans le Bassin minier du Nord-Pas de Calais mais pas uniquement.

Mener la bataille culturelle et politique, c’est lutter contre l’hégémonie des idées de concurrence, de domination, de compétition, de guerre économique, qui envahit tous les compartiments de notre vie, et travaille à infiltrer notre temps de cerveau disponible et celui de nos enfants.

Mener la bataille culturelle et politique, c’est exister en tant que citoyen, c’est se donner un autre choix que celui de se résigner et de subir une politique de régression. C’est permettre au peuple français de se construire intellectuellement, d’affiner sa propre réflexion, de se réapproprier ses désirs et ses rêves.

 Le but des Rencontres

Nos objectifs : Faire de ces Rencontres de Douchy-les-Mines imaginées par les communistes et leurs amis un lieu de rencontre pour celles et ceux qui, militantes et militants ou non, veulent témoigner de leur parcours et de leur expérience.

Nos objectifs : Clarifier ce que nous voulons faire ensemble ! Un autre monde est à construire qui prendra peut-être 20 ans à naître. Nous considérons en effet que les luttes quotidiennes et nécessaires du moment ont besoin de grandes respirations et de perspectives sur le long terme.

Nos objectifs : Imaginer et ouvrir des chantiers qui répondent en priorité aux urgences sociales du moment, mais aussi à d’autres qui permettront de transformer dans la durée et en profondeur les liens d’humanité qui fondent notre société.

Participer aux Rencontres de Douchy-les-Mines, c’est prendre part à un grand festin, celui de l’éducation populaire, qui libère la parole, forge l’esprit critique et ouvre la voie à l’émancipation, en participant à l’union de la politique, du social et de la culture dans un esprit chaleureux et fraternel.

« Le feu jaillit d’une étincelle… [2]»

Comme le disait Antonio Gramsci, si tous les hommes n’exercent pas dans la société la fonction d’intellectuel, tous les hommes sont des intellectuels. Aussi ne désertons pas la bataille des idées, des consciences et des imaginaires, rassemblons-nous !

[1] Édouard Glissant. 

[2] Alexandre Odoïevski. Réponse à la missive de Pouchkine.1828.